Catégorie

Mes petites choses

Et si on prenait le temps d’être seul ? et de ne rien faire.

Lifestyle Mes petites choses 24 mars, 2016 Laisser un commentaire 5

 

so-quiet

 

Vous le connaissez ce sentiment ? Quand on est proche du burn out, qu’on a besoin d’être seul ?
De nous couper de tout, et de tous ?

Que vous soyez une maman débordée, un actif chargé de boulot, un fétard excessif ou un ami très dévoué, je sais que vous savez de quoi je parle.

Et si pour aller bien on misait tout sur la procrastination ?

C’est mon sentiment en ce moment j’ai besoin d’être seule, j’ai envie de ne rien faire, j’en ai envie, non j’en rêve ! Je crois que c’est mon corps qui me le réclame. Je n’ai même plus la tête à bloguer, et pourtant j’aime ça. Mais je n’y arrive plus trop.

Probablement que la saison d’hiver, qui s’est prolongée, y est pour beaucoup. D’ailleurs au moment ou j’écris ces lignes il neige à gros flocons (on est à Paris ça va s’arrêter dans deux minutes mais quand même, les giboulées de mars apparemment !)

Je disais donc que j’ai besoin d’être seule. J’ai envie de me retrouver seule, dans le silence, sans rien de prévu. Rien du tout. Juste avoir l’option de passer la journée en pyjama. A rien faire, et sans sollicitations.

Je dois préciser avant de commencer à développer, et à aller plus loin, que c’est un ressenti au moment M, et surtout que ça ne remets en cause ni mes amis, ni mes sorties. Ca n’est pas du tout une plainte. Juste un constat, une remarque sur un sentiment ponctuel.

C’est peut-être un peu hypocrite d’ailleurs, moi qui suis plutôt hyper sociable, qui n’apprécie que très peu la solitude, qui textote même pendant ma série préférée, moi qui suis – insupportablement – hyper connectée. Mais c’est ça le souci, je suis hyper disponible et hyper connectée, je n’ai pas eu envie d’être seule depuis des mois et j’en ai profité à 6 000 %. J’ai des semaines où on fait la fête du lundi soir au dimanche soir compris. On va boire une bière, on fait un ciné, on s’organise un diner, on a un date, on brunch.
Cette semaine là, j’ai tourné la page de mon agenda et j’avais des choses prévues tous les soirs.
Pas un seul soir de la semaine ou je mangeais chez moi, j’avais un apéro avec mon collègue de boulot, un diner avec des copains, un ciné, une soirée organisée depuis des semaines, un évent blog et le samedi soir un diner avec mes meilleurs amis.

En lisant ça je ne veux tellement pas que vous pensiez que je me plains. J’aime cette vie, cette tranche de vie folle, j’en profite à fond. Mais je sens que je suis fatiguée. je crois qu’il faut aussi que j’écoute mon corps. Je pense qu’en général notre corps est une machine qui fonctionne bien et qu’il faut juste savoir l’écouter pour le préserver.

 

En général, et depuis des mois c’est grisant. Etre overbookées c’est dan mon caractère et j’adore,  je tourne les pages de cet organiser, je vois tout ce que je fais, je vois à quel point la vie est kiffante en ce moment, à quel point j’en profite, mais là, j’ai vu une semaine remplie et ça m’a oppressée.

Aucun soir chez moi, Aucun soir où je peux me faire à diner et regarder une série. Ca m’a rendue un peu triste aussi. Je ne fais que des choses chouettes, avec des gens que j’apprécient, je n’ai pas envie d’annuler, je n’ai pas envie de reporter en leur disant « je préfère être seule chez moi ». Je fais quoi ?, c’est le drame alors ?

 

 

home-sweet-home-quiet

 

A un moment donné dans ma vie la tendance s’est inversée : les soirées sorties sont devenues la normalité et les soirées Tv sont devenues des soirées ‘rares’ (merde alors).
Est-ce un des effets du célibat ?
Ou est-ce que c’est moi ?
Est-ce que c’est la peur de la solitude qui conditionne le fait que je suis plus hors de chez moi que chez moi ?

Je ne crois pas pourtant. Je me sens absolument bien chez moi, et cette peur de la solitude m’anime bien moins que certain(e)s. Je sais vivre avec.

Comment on fait un petit break alors ?

Il est indispensable dans nos vies actuelles, dans nos emplois du temps surchargées, de nous aménager des temps. Du temps pour être bien concentré dans son boulot, du temps pour ses corvées, du temps pour ses amis et la fête et – surtout – du temps seule, même lorsque l’on est en couple ou avec notre famille, et que ça à l’air d’être notre cocon apaisant.

Je suis une fille « pot de colle » j’ai du mal, surtout lorsque je suis en couple, à ne pas être avec l’autre, mais l’expérience et la maturité m’ont appris que s’aménager du temps pour soi, seul, ça peut être follement bénéfique.

Apprendre à dire non, et à ne pas revenir sur cette décision c’est la clef.
(c’est souvent mon cas
– non je ne viens pas je suis fatiguée.
– bon ok je viens quand même, mais pas longtemps.
– T’es rentrée tard ?
– Oui je suis partie la dernière …)

Prenons le temps de nous ressourcer, de ne rien programmer, de ne rien faire, de savoir dire non à ceux qu’on aime et qu’on apprécie le plus et s’y tenir, et même de ne parler à personne toute une soirée ! (dur) 

C’est un challenge à moi même que je me lance, plus qu’à vous d’ailleurs, mais je serai ravie de savoir si vous le faites, si ça vous arrive parfois d’avoir besoin de vous retrouver seul(e) et comment vous le gérez ?

 

Moi j’y travaille.
Et si le temps que nous passons à nous ressourcer nous fait revenir mille fois plus en forme et motivé, le pari est surement gagnant !

 

Claire

Follow

Follow The Librarian Chic